Calculez le coût du gaspillage dans votre établissement >>

Les enjeux du traitement des déchets

Télécharger la plaquette de Chef'Eco

Les enjeux éthiques et économiques du traitement des déchets


Ethique : parce que préserver notre environnement est une priorité majeure aujourd’hui, chacun d’entre nous, en tant que citoyen, peut agir dans ce sens. Au restaurant, nous pouvons aussi trier nos déchets. Par des outils spécifiques de tri et de nouveaux gestes au moment du débarrassage et même de la préparation des repas, chacun peut contribuer à limiter le gaspillage.
Un enjeu éco-responsable
Economique : parce qu’aujourd’hui le système de collecte et de traitement des déchets est plus « subi » que pris en compte dans la gestion de chaque entreprise ou établissement public. En réduisant la production de déchets à la source et en développant leur valorisation, des économies et des gains substantiels sont à la clé : diminution de la redevance spéciale, gain au moment de la valorisation par les filières de recyclage et optimisation du coût matière.




Les enjeux en chiffres et par profils d’établissements


D’après l’étude préparatoire au décret sur les bio-déchets menée par l’ADEME (rapport provisoire du 22/10/10), la restauration en France est composée de 190.000 établissements pour 7,4 milliards de repas distribués et un effectif de plus de 900.000 personnes. Toutes ces structures sont concernées à plus ou moins long terme par le traitement des déchets. Le décret fixera des seuils pour définir les gros producteurs concernés par l’échéance de 2012 en termes de tri à la source et de collecte des bio-déchets.

Projet de décret sur la définition d'un gros producteur de déchets - Document pdf


La restauration commerciale et les hôtels-restaurants :


S’ils représentent 90% du nombre d’établissements de restauration avec 160.000 structures, ils "ne" distribuent que la moitié des repas hors foyer, soit 3,8 milliards de repas par an.
Tri des déchets de restauration
Il s’agit des services de restauration d’hébergement (hôtels et hébergement similaire, hébergement touristiques et autre hébergement de courte durée, campings et parc pour caravaning), des restaurants et services de restauration mobile (restauration traditionnelle, cafétérias et self services, restauration rapide), des Traiteurs et des débits de boisson.

Le gisement de bio-déchet estimé se monte à 580.000 tonnes par an.

Chaque entreprise étant responsable de l’élimination de ses déchets, les gérants des hôtels, restaurants, cafés et brasseries devront donc assurer eux-mêmes le tri et la collecte des bio-déchets. L’échéance de 2012 touchant les plus gros producteurs, ils ne devraient être concernés qu’à moyen terme.




La restauration collective :


Concernant moins de 10% des établissements de restauration, soit 30.000 structures, la restauration collective distribue pourtant près de 3,6 milliards de repas, soit près de la moitié des repas hors foyer.

En gestion concédée ou directe, les établissements de restauration collective publics ou privés se trouvent surtout dans les secteurs de la santé, du social, de l’enseignement, de l’armée, des loisirs, des grandes entreprises et des administrations.

Le gisement de bio-déchet est évalué à 495.000 tonnes par an.

La responsabilité de la collecte et du traitement revient dans ce cas à la collectivité qui accueille l’établissement de restauration collective. Les modalités de traitement et de valorisation doivent donc être coordonnées avec les services de la collectivité. Pour les restaurants d’entreprise, le rapport précise que c’est l’entreprise qui détient le déchet et en est responsable.




Des enjeux de coûts sur les modalités de traitement et de valorisation


Traitement et valorisationLe cadre réglementaire étant en cours de définition pour les bio-déchets et en constante évolution pour tous les autres types, une étude approfondie de chaque contexte d’établissement est indispensable pour mettre en place un plan de gestion souple et évolutif sur la durée.

Il doit intégrer les possibilités de traiter et valoriser ces gisements en interne ou par des filières externes selon la configuration et le type d’établissement. En effet le compostage in situ n’est pas toujours possible et les filières externes ne sont pas encore toutes suffisamment accessibles géographiquement ou tout simplement performantes.

Les enjeux de coût de traitement et de valorisation peuvent vite grimper pour un seul établissement et des filières communes sont à préconiser pour en préserver l’intérêt économique et sociétal.


Traitement et Valorisation des déchets

La responsabilité et l’obligation du traitement des déchets sont réglementées depuis 1975. Les derniers textes en vigueur resserrent toujours plus les exigences...



Responsabilité du producteur de déchets


Article L541-2, modifié par Ordonnance n°2010-1579 du 17 décembre 2010 - art. 2


Tout producteur ou détenteur de déchets est tenu d'en assurer ou d'en faire assurer la gestion, conformément aux dispositions du présent chapitre.

Tout producteur ou détenteur de déchets est responsable de la gestion de ces déchets jusqu'à leur élimination ou valorisation finale, même lorsque le déchet est transféré à des fins de traitement à un tiers.

Tout producteur ou détenteur de déchets s'assure que la personne à qui il les remet est autorisée à les prendre en charge.




Obligation de tri à la source des bio-déchets dès 2012


Le prochain décret d’application de l’article 80 du Grenelle 2 de l’environnement sur les bio-déchets est en cours d’élaboration. Il impose un nouveau tri à la source pour les gros producteurs de bio-déchets qui va impliquer une réorganisation importante de leur système de traitement des déchets.


La réponse de Chef’eco au traitement et à la valorisation des déchets




Une solution globale pour traiter tous vos déchets


En fonction des spécificités de votre service de restauration, nous analysons et recherchons toutes les alternatives pour le traitement et la valorisation de vos gisements.
Tous les déchets de restauration sont inclus dans notre démarche :


. Déchets alimentaires (d’origine animale et végétale),
. Déchets propres et secs (emballages papier, carton, verre, plastique PET et autres polymères, métaux, bois…),
. Huiles alimentaires usagées (huiles de friture),
. Résidus de bacs à graisse.




La prise en compte de tous les éléments pertinents de réponse


Quelle que soit la nature de vos déchets, nous établissons un tableau récapitulant toutes les solutions propres à votre établissement en prenant en compte :


. votre situation géographique,
. les compétences de collecte et de traitement par filière des prestataires locaux, régionaux et nationaux,
. les conditions environnementales et structurelles de votre établissement,
. et les objectifs d’optimisation des coûts envisageables.




La maîtrise et la traçabilité des déchets tout au long de la chaîne


Chef’eco met tout en œuvre pour vous assurer une parfaite maîtrise et une traçabilité sûre de tous vos déchets.
Nous vous accompagnons dans le choix des solutions tant sur les aspects pratiques, fonctionnels, sanitaires qu’économiques.

Pour vos déchets organiques, nous intégrons à chaque fois toutes les alternatives :


. le compostage in situ avec du matériel adapté (composteur manuel ou électro-mécanique)
. la réduction des déchets par procédé chimique ou mécanique
. ou la valorisation par un prestataire capable de collecter et de répondre au cahier des charges d’un traitement par bio-méthanisation ou compostage.


Notre connaissance des métiers de la restauration commerciale et collective et notre expertise dans le tri, le traitement et la valorisation des déchets vous garantit une réponse fiable et durable.