L’Agenda 21 au menu des essoniens

Télécharger la plaquette de Chef'Eco

Qu’est-ce que le développement durable, l’Agenda 21 ou l’éco-responsabilité ?
Notre département, pionnier dans ce domaine depuis plus de dix ans, veut maintenant rendre cette démarche plus concrète et plus visible pour les Essonniens, avec la 3e étape de son Agenda 21 lancée fin janvier. Premier public visé : les collégiens. Exemple à la cantine du collège de Soisy-sur-Seine, engagé dans la lutte contre le gaspillage alimentaire.


Il est midi au self du collège de l’Ermitage. Aujourd’hui au menu, potatoes burger avec batavia à la vinaigrette bio, petit suisse et fruits de saison. Le tout accompagné de nouvelles affi chettes qu’on ne peut pas rater : "Je me sers de la quantité que je mangerai", "Je peux demander un peu plus ou un peu moins"… "Objectif : zéro déchet". Ce mercredi 15 janvier est un grand jour pour Nathalie Féron, la gestionnaire de l’établissement : c’est le lancement offi ciel du tri des déchets des plateaux-repas par les collégiens. "Depuis le printemps 2013, nous menons un travail de fond auprès des élèves pour qu’ils ne jettent plus la moitié de leur assiette, en partenariat avec le Conseil général, les agents de restauration et les parents.



La grande nouveauté de cette rentrée post-vacances de Noël, c’est l’installation de cette table de tri, fournie par le département", explique la gestionnaire en désignant l’objet, installé à la sortie du réfectoire. Sitôt leur repas fi ni, les collégiens se dirigent deux par deux vers cette table à cinq trous et jettent leurs déchets selon trois catégories : les restes alimentaires facilement compostables, c’est-à-dire transformables en terreau (fruits et crudités), les autres restes alimentaires (viande, poisson, pâtes, légumes cuits, etc.) et les emballages (pots de yaourt, papier du fromage ou du beurre, serviette, etc.). Les résidus de fruits et de crudités, mélangés avec des "déchets verts" issus du collège, sont ensuite placés dans deux composteurs, fournis eux aussi par le Conseil général. Un traitement spécial est réservé au pain : au lieu d’être jetés, les morceaux non mangés sont déposés dans une urne transparente, estampillée du jour de la semaine. Objectif : mesurer chaque jour la quantité de pain gaspillé afi n de sensibiliser les élèves et les inciter à n’en prendre que s’ils sont certains de le manger. "Nous avons commencé par cette action, dès le 6 janvier, raconte Nathalie Féron. Le premier jour, nous avons récupéré 11 kg, soit 200 petits pains non mangés ! Dès le lendemain, nous sommes tombés à 5 kg et 100 pains."

La méthode semble efficace… Qu’en pensent les principaux intéressés ? "Ça nous apprend à bien trier et c’est un bon geste pour la planète", répondent en choeur Aliénor, Ohiana et Jonathan, 11 ans. Même si ces petits 6e en connaissent déjà un rayon côté tri des déchets : tous trois ont un composteur chez eux. "À la maison, on garde les épluchures, les coquilles d’oeufs, le marc de café, l’herbe coupée… Mon père met tout dans le composteur et l’utilise ensuite comme engrais pour les plantes", détaille Aliénor. "On trie mais pas de façon systématique comme ici", reconnaît Ohiana. Avant d’avouer : " J’ai jeté un peu de pain aujourd’hui. Mais maintenant j’ai compris que c’est du gâchis !" Cette action d’"éco-responsabilité", mise en place aussi dans les collèges Le Saussay à Ballancourt, Blaise Pascal à Massy et Rosa Luxemburg à Lisses par les directions de l'environnement et des collèges du Conseil général, s'inscrit dans le cadre de la politique départementale de prévention des déchets. C'est surtout un exemple parlant de la 3e étape de l'Agenda 21 de l'Essonne, lancée le 27 janvier. Ses grands principes : rendre la démarche plus visible et concrète pour les Essonniens, à travers des actions qui leur permettent de se sentir partie prenante des changements possibles. Mais aussi renforcer les partenariats avec les associations et les collectivités, pour que celles-ci construisent de façon "durable" par exemple. Et continuer à intégrer le développement durable et solidaire, fi l rouge de l’action départementale depuis 2011, à toutes les politiques du Conseil général. À venir en 2014 : le 2e Plan climat énergie de l’Essonne, qui visera à s’adapter aux effets du changement climatique à l’échelle du département.

Tri et réduction des déchets au collège Bernard Chochoy de Norrent-Fontes

Tri et réduction des déchets : Bienvenue


Le collège s'équipe d'une table de tri sélectif au restaurant scolaire. Cet équipement permet de séparer les déchets en trois types :
. Déchets organiques destinés au compostage naturel (restes alimentaires en exceptant les déchets d'origine animale : viande et poisson),
. Déchets organiques non valorisables par le compostage naturel (viande, poisson),
. Papiers, cartons et plastiques.

De plus un réceptacle permet de montrer aux enfants la quantité de pain jeté... en espérant ainsi réduire le gâchis.






Installation de tables de tri des déchets en Val-de-Marne

Des tables de tri sélectif pour diminuer la quantité de déchets alimentaires à Vitry-sur-Seine


Depuis février 2012, le restaurant scolaire du collège Adolphe-Chérioux de Vitry-sur-Seine est équipé de 4 tables de tri sélectif.

Ce dispositif est doté de 5 collecteurs de déchets recueillant les emballages, les déchets alimentaires et le pain qui sont équipés de 3 systèmes de pesée. Les collégiens et le personnel administratif trient eux-mêmes leurs restes lorsqu'ils débarrassent leur plateau. Cela permet de favoriser la prévention du déchet par le changement profond des comportements individuels et collectifs. Le système de pesée du dispositif permet de mesurer la quantité de nourriture et de pain jetée par service et par élève sur une période donnée. Ainsi, en une année, les déchets alimentaires des collégiens ont diminué de moitié. Une fois triés, les déchets peuvent davantage être recyclés.



Après avoir réussi à réduire sa quantité de déchets, le collège poursuit sa logique de développement durable en s'équipant d'un composteur de bio-déchets. Grace aux tables de tri déjà installées dans le restaurant scolaire, il a pu évaluer quel matériel serait le plus adapté à l'établissement.